Robe tablier

Lors de mes dernières vacances chez Mamie, j’ai fouillé dans sa collection de patrons et en ai prélevé quelques-uns dont celui-ci qui m’avait fait flasher. Je peux à présent dire que c’est un des modèles qui m’a posé le plus de soucis depuis que j’ai commencé à coudre des vêtements. Pas que les techniques employées soient nouvelles pour moi, j’ai trouvé le patron bien conçu et facile à coudre, il n’y a rien de très difficile. Non, la complexité est venue des ajustements.

J’ai trouvé le tissu au Self tissus du coin, lors d’une razzia organisée avec Mister Nomé après avoir eu vent d’un destockage. C’est une popeline de coton, comme recommandé sur le patron.

C’était mon premier patron Modes et Travaux, Mamie m’avait dit “Tu verras c’est bien expliqué”. J’ajouterais une nuance. C’est bien expliqué pour les gens qui savent déjà de quoi on parle, car il n’y a pas de schémas et il faut donc bien faire attention à ce que l’on fait, il faut connaître les termes. C’est donc très bien pour des gens qui ont déjà des notions mais peut-être un peu complexe pour un premier vêtement.

Les ennuis ont commencé au moment du choix de la taille. Mon tour de poitrine correspondait à un 40, mon tour de taille à un 42 et mon tour de hanches à un 38. Déjà ça m’a surprise car dans la plupart des marques françaises je rentre dans les mêmes proportions mais 1 taille en dessous à chaque fois. Mais admettons, je me suis fiée au tableau et j’ai donc fait mon corsage en gradant d’une taille 40 à 42. Et pour les jupes j’étais bien embêtée car avec les plis, il était difficile de grader en respectant le patron. Mamie m’a conseillé de faire un 40 en me disant que puisque c’était un tablier je pourrais tricher et qu’un 42, j’allais être perdue dedans.

Le montage du corsage s’est bien passé, sauf qu’à l’essayage, j’ai déjà pu constater que ça baillait sérieusement au niveau de l’encolure, alors que je remplissais les pinces poitrine. J’ai quand même attendu de monter les jupes pour voir ce que cela donnait au final, mais ce n’était vraiment pas terrible – j’oublie toujours de vous faire des photos en cours de route. J’ai recoupé le corsage en modifiant l’encolure, j’ai enlevé 2cm de part et d’autre.

Cette fois, à l’essayage, c’était sous les bras que ça n’allait plus du tout. j’ai tenté de réduire les bretelles mais elles ne croisaient plus au bon endroit dans le dos. J’ai finalement ajouté 1 cm de chaque côté aux marges de couture puis modifié la courbure de l’emmanchure au niveau de l’aisselle et… J’ai obtenu quelque chose de potable !

Mais quand je vous disais que ce tableau de taille me semblait bizarre… Si l’on y réfléchit bien, j’ai finalement enlevé une taille partout !

Au final sur ce deuxième corsage, j’ai l’impression de ne pas tout à fait remplir la poitrine. Je pense que ce sera compensé par un soutien-gorge sauf que c’est le genre de robe qu’on ne peut pas trop porter avec un soutif… Je pense que ce sera l’occasion de ressortir les bidules autocollant qui ajouteront le volume nécessaire. Et ça ne sera pas une robe pour courir un marathon et… Mais comment elles font les filles qui ont plus de poitrine ?

Je suis tout de même contente du résultat et c’était un beau challenge de devoir faire ces ajustements, même si ça m’a pris du temps et plusieurs essais. Sans compter mon étourderie, il y a eu un festival :

  • Grand classique, la jupe comporte un ourlet très large de 6cm dont je n’ai pas tenu compte quand j’ai mesuré pour raccourcir la mienne. J’ai enlevé 12cm au lieu des 8 nécessaires ! du coup, exit le grand ourlet, c’est un ourlet double normal.
  • Quand j’ai recoupé mon corsage, je n’ai pas fait attention au sens du tissu, et évidemment il était à l’envers. Heureusement j’en avais encore assez pour recouper un corsage dans le bon sens, la doublure est donc à l’envers mais personne ne la voit.
  • Quand j’ai recousu mon corsage avec mes bretelles que je n’avais pas défaites, j’en ai monté une à l’envers.

Je pense que si je dois la refaire je prendrai quand même un tissu plus fluide et je mettrai moins de volume sur le bas, ça m’ira probablement mieux. Peut-être juste quelques fronces… Bon, l’avantage, c’est qu’on ne voit pas si c’est du tissu ou du ventre.

Je n’ai pas osé attraper mon pied pour le caler plus haut, déjà qu’il y avait des gens qui regardaient, il n’aurait pas fallu que ça devienne indécent…

Patron : robe tablier modes et travaux

Tissu : popeline de coton, self tissu

Taille : 40 poitrine et hanches, 42 taille

Modifications : – 4 cm à l’encolure, – 1 cm de chaque côté au buste, – 8 cm aux jupes

Instant tourisme : les photos ont été prises au parc des Bosquets à Lunéville (54)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *