Col réversible

Ce col, il est arrivé dans mon esprit comme un cheveu sur la soupe. Entre deux tricots et arrivages de laine, je me suis demandé ce que je pouvais bien faire, puisqu’il m’est impossible de rester sans tricoter. Ayant découvert très récemment le jacquard en double grâce à une vidéo très bien faite [en anglais] d’Arne & Carlos, je me suis dit que ça valait le coup d’essayer.

J’avais dans mon stock, depuis un bon moment, deux pelotes de laine de couleurs contrastantes venant d’une petite bergerie mosellane offertes par un ami, et dont je ne savais pas quoi faire. J’ai donc décidé de me lancer dans l’exercice du tricot en double avec cette laine-là. Sauf qu’elle a une torsion assez faible qui la rend peu adaptée à ce genre d’exercices, le rendu n’était pas terrible et j’ai préféré la réserver à d’autre projets – comme un joli bonnet à venir sur le blog.

Il me restait un peu de merino DROPS d’un autre projet, laine beaucoup plus docile et rendant beaucoup mieux sur ce genre de projets, j’ai donc utilisé celle-ci en me disant que si mes restes ne suffisaient pas, il ne serait pas trop compliqué de m’en re-procurer, et puis c’était un test, au pire, ça en resterait au stade de test. Après essais j’ai utilisé une aiguille circulaire n°4, le col est tricoté en rond.

Mais revenons au principe du tricot en double. L’idée est de tricoter en même temps deux côtés d’un ouvrage, chacun à l’endroit, et chacun en jacquard : l’envers étant le négatif parfait de l’endroit. En pratique, on alterne donc une maille endroit en couleur A et une maille envers en couleur B, qui sera votre envers. Le jeu d’alternance imposé par le jacquard permet que les deux fils/couleurs se croisent et d’obtenir un ouvrage solidaire.

Et je trouve ça tout simplement génial !

Je ne vais pas vous mentir, c’est long à tricoter et cela demande beaucoup d’attention, j’ai d’ailleurs fait quelques erreurs sur mon motif que j’ai rattrapées ensuite en brodant les mailles dans la bonne couleur, méthode beaucoup plus rapide et efficace que de s’arracher les cheveux à défaire deux couches de tricot solidaires sur plusieurs rangs. Mais le résultat en vaut vraiment la chandelle. Et même si ce n’est clairement pas un tricot “reposant”, je trouve ça plus facile à gérer au niveau de la tension que du jacquard classique car on n’a pas besoin de s’embêter à faire suivre les fils : le fil de la seconde couleur est tricoté de l’autre côté tant que l’on n’en a pas besoin devant, et vice versa.

Niveau motif, j’ai adapté à ma sauce celui des chaussettes “winter heirloom” de chez DROPS, et j’en suis très contente, sur un col il rend vraiment très bien.

Au démarrage, je me suis posé la question de faire quelques rangs de côtes pour plus d’élasticité mais je me suis dit qu’un montage élastique ferait bien l’affaire et c’est le cas. Pour le rabattage, je n’ai pas fait de rabattage élastique car je n’y ai plus pensé et que je ne savais pas encore le faire. Mâ tête passe car j’ai tout de même rabattu le plus souplement possible mais ça aurait pu être mieux. L’inconvénient de ce montage/rabattage où j’ai simplement monté alternativement sur la même aiguille 1 maille claire et 1 maille foncée, c’est que sur le premier rang, les deux couches ont tendance à s’écarter. J’ai résolu le problème en les cousant ensemble à posteriori mais il me semble avoir lu depuis qu’il existait des montages pour éviter cela, à creuser donc.

En attendant, je suis super contente de mon travail qui m’a permis d’apprendre une nouvelle technique, liquider des restes de pelotes – tout pile – et d’avoir un nouveau col relativement sobre pour aller avec mon nouveau manteau, histoire d’alterner avec le noir.

patron : maison, jacquard adapté du modèle Winter Heirloom de DROPS
laine : DROPS merino extra fine