Chaussettes d’intérieur

En même temps, les chaussettes, c’est un peu forcément de l’intérieur. Soit à l’intérieur de la maison, soit à l’intérieur des chaussures. On peut donc dire que chaussette d’intérieur, c’est un pléonasme. Disons donc que je vais vous montrer mes nouveaux chaussons, qui sont des chaussettes.

Pour les faire, j’ai utilisé un pdf qui trainait depuis longtemps sur mon ordinateur, de Stacey Trock dans une traduction de Jennifer Joffre. Je ne vous le diffuse pas ici car il ne m’appartient pas et malheureusement ça date un peu et je ne retrouve pas les liens, ceux indiqués sur mon PDF ne fonctionnent plus.
Pour ceux qui n’auraient jamais tricoté de chaussettes et voudraient se lancer, il y a plein de modèles sympas chez DROPS Design.

Pour mes chaussons, j’ai donc commencé par tricoter des chaussettes dans une laine assez épaisse – oui, oui la cheville et le bout du pied sont bien les restes de mon pull. L’autre laine est un vieux reste qui trainait dans un coin, d’un fil que j’avais utilisé pour faire une écharpe il y a genre 7 ou 8 ans. Comme je ne la portais plus et que je n’avais pas assez de fil, j’ai même détricoté un bout de l’écharpe pour pouvoir finir les chaussettes… Du coup j’ai encore des restes. Snif.

J’ai tricoté aux aiguilles n°5, du coup c’était très rapide à faire et cela tient bien chaud aux pieds. Tant mieux, c’est le concept.

Le problème de la chaussette, c’est que ça glisse. Et quand ça glisse, je tombe. C’est mathématique. Pourtant j’adore porter de grosses chaussettes à la maison car je suis déjà dans des chaussures toute la journée et avoir le pied qui peut vivre sa vie sans une saleté de semelle, ça fait du bien.

Il y a quelques années Bergère de France puis Phildar avaient lancé des semelles à coudre, du coup on ne tricotait plus que le dessus de la chaussette avant d’assembler. J’ai testé, c’était confortable mais très salissant et assez cher pour ce que c’était. Quand j’ai fait ma deuxième paire, j’ai tout simplement choisi de tricoter des chaussettes normales et de coudre une semelle découpée dans du Bulgom. Vous savez, le truc qu’on met en dessous de la nappe chez Mamie pour protéger la table ? L’avantage c’est qu’au lieu de 15€ la paire de semelles, vous en avec pour 15€ la nappe en Bulgom et dedans vous avez des semelles de chaussettes pour plusieurs années.

Résultat c’est souple comme je veux, antidérapant et en plus ça passe en machine. Que demande le peuple?

Pas de tuto de tricot de chaussette, donc. Vous en trouverez de très bien faits facilement. Mais un mini tuto pour transformer vos superbes chaussettes en chaussons.

Il vous faut :
– vos super nouvelles chaussettes
– 1 bout de bulgom
– 1 crayon
– des ciseaux
– un reste de laine
– une aiguille à laine ou à bricolage, tant qu’elle est grosse et pointue, c’est bon.

La première étape consiste à tracer le tour de votre pied sur le bulgom. Vous pouvez aussi demander à quelqu’un d’autre de le faire, comme ça vous aurez le loisir de voir une personne se prosterner à vos pieds pendant quelques instants et vous pourrez vous faire votre petit film et vous sentir comme une princesse – ou un prince, messieurs.

Ca donne quelque chose comme ça. A moins que vous chaussiez du 35 d’un côté et du 42 de l’autre, un seul pied suffit. Coupez-le puis mettez-le à l’envers, tracez le tour sur le bulgom et coupez. Vous avez vos 2 semelles symétriques.

Vérifiez que votre semelle correspond à la longueur de votre chaussette et recoupez-la un peu si besoin. Ensuite positionnez-la de manière à ce que les deux talons correspondent puis assemblez les deux avec le point de votre choix – j’ai fait des croix.

Et voilà ! Vous pouvez désormais courir sur votre parquet ciré sans risquer de vous casser une jambe !

Laines : Nepal de chez DROPS, Variante(épuisée) de chez Phildar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *