Ce n’est pas que je ne couds pas

Vous avez peut-être remarqué que je poste moins qu’au début. Ce n’est absolument pas un signe d’abandon, c’est simplement la résultante de changements dans mon organisation. Je couds et tricote moins, donc j’ai moins de choses à vous présenter. Et pour être sûre de garder un rythme régulier d’au moins 2 articles par mois, je temporise et ne poste pas toujours tout de suite toutes mes réalisations.  Et là, même en ayant temporisé, j’aurais bien quelques choses à vous montrer mais les photos n’ont pas été faites ou bien il n’y a pas de quoi faire un gros article et donc je n’en ai pas fait depuis un bon moment.

Robe Centaurée en chambray (désolée pour le froissage, je l’avais portée toute la journée)

Me mettre à la couture a probablement été pour moi la première étape d’une longue réflexion et d’un gros travail sur moi. Je vous passerai les détails larmoyants, au fil du temps j’ai réalisé que non, tout le monde ne sait pas coudre ou tricoter et que, si ce n’est pas exceptionnel, je devais être fière de ce que j’étais capable de faire. Ca va peut-être vous sembler bête, mais j’ai réalisé que j’étais capable de faire des trucs. Avant, je faisais les choses comme si c’était normal. Maintenant, je prends le temps de mesurer le travail et le parcours accomplis. Pourquoi ? Parce que prendre conscience qu’on est capable de faire des choses que tout le monde ne fait pas, ça redonne de la confiance en soi et j’en manquais cruellement.

Cette longue réflexion a mené à un gros projet de vie que je ne détaillerai pas ici car ce n’est pas l’objet du blog, mais c’est la raison principale qui fait que j’ai moins de temps libre et que je vais en avoir de moins en moins dans les mois à venir. Je vais tenter de garder le rythme, entre le boulot, les à-côté et les rhumes qui mettent KO. J’aime bien cette idée de rendez-vous, c’est pour ça que je me tiens à un jour dans la semaine, car elle me permet de prendre le temps de construire les choses, et parfois c’est bien aussi de ne pas être toujours dans le “à l’arrache”.

Débardeur givre dans les chutes d’un tee-shirt pour mon amie

En mal de moyens pour lâcher prise, j’ai découvert il y a quelques mois le yoga budokon et, après quelques prudentes hésitations, m’y suis lancée. C’est pour moi une véritable source de confort et d’évolution. Ca me permet de bouger, de me vider la tête, j’ai gagné en confiance, appris à m’écouter, j’apprends à travailler sur moi, à accepter les choses, à m’accepter moi, avec mes défauts. C’est difficile et le chemin est loin d’être terminé mais c’est devenu un soutien essentiel dans ma recherche d’une Nomé plus sûre d’elle.

Le blog est aussi une occasion pour moi de sortir de ma zone de confort et vous avez pu voir – ou pas – mes premiers essais de vidéos. J’essaierai d’en refaire car même si je ne suis pas hyper à l’aise c’est un bon exercice et ça m’a plutôt amusée.

écharpe en cours inspirée de celle du livre Inspired by Islay de Kate Davies, mais tricotée en double

Au plaisir de vous raconter mes aventures couture deux fois par mois (j’espère), toujours le mardi. Je ne dis pas qu’il n’y aura jamais rien entre, mais c’est ce rythme qui me convient le mieux, qui me permet de vous écrire des articles avec un minimum de contenu et sans me mettre une pression de malade pour finir le projet dont j’aurais voulu parler ou aller faire des photos sous la pluie pour être dans les temps ou… Enfin vous voyez l’idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *